13/06/2021

Parlons prix !

Par Bernard Cadeau

C’est sans doute LE sujet le plus souvent traité et commenté : les prix montent ? Les prix vont-ils encore grimper ? Les prix baissent ? Les prix vont-ils baisser, vont-ils s’effondrer ?

Le plus souvent c’est un commentaire général, qui fait fi des disparités locales et régionales, et parfois même, selon les appréciations, on pourrait presque confondre avec des actions en bourse !

Rappelons à cet égard que ce n’est ni la hausse, ni la baisse qui provoquent l’intention d’achat ou de vente. Imaginez ce dialogue ubuesque : « dis donc chéri, tu as vu, les prix montent, allez on vend notre maison ! » ou « dis chéri, les prix baissent : vite on achète ! »

Ce n’est heureusement pas comme ça dans la vraie vie : vendre ou acheter un bien immobilier, participe d’un projet de vie aux antipodes de toute réaction précipitée.

 

Alors, est-ce inutile de suivre les prix ?

 

Non, car l’indicateur des prix est un repère indispensable, une boussole, pour peu qu’on sache regarder en arrière et mesurer, au fil du temps, son évolution et la comparer à d’autres critères, tout aussi significatifs. Cette approche constitue un élément fondamental en vue d’une analyse globale.

Je m’explique : remontons à 1990. A ce jour, la valeur des logements a progressé de 214%. Le salaire par tête de 97% et les prix à la consommation de 60%. Enfin, sur la même période le pouvoir d’achat des Français a augmenté de 23%. Bon et alors ? Me direz-vous ! Eh bien, si on intègre le coût du logement, le pouvoir d’achat n’a pas progressé de 23% mais de 9% seulement ! Et les écarts continuent de s’accroître.

On voit bien dans ces quelques chiffres, combien le poste logement pèse dans le budget des familles !

A titre de comparaison, sur la même période, en Allemagne, les prix de l’immobilier augmentaient de 92% …mais les salaires de 98% ! C’est tout autre chose, vous en conviendrez.

 

Alors comment faire ?

 

Sans ambitionner le même résultat en France, il est urgent de mener une politique de construction et rénovation massive, pour produire plus de logements et rééquilibrer, in fine, l’offre et la demande de logements ; c’est le seul chemin vers des prix raisonnables !

Le choc de l’offre, promis par notre Président est devenu le pschitt de l’offre ! Il faut changer de logiciel !